“Bhairava” – Prix et dépistage

Prix

 

Light Moves Festival : Prix ​​pour l’Ensemble de Travail Exceptionnel

Présélectionné: Utilisation Innovatrice du Son/Musique, Meilleure Chorégraphie et Performance

LIGHT MOVES Festival of Screendance, Limerick, Ireland – novembre 2017

 

Une intégration puissante des éléments de performance, musique et film, Bhairava est une fenêtre captivante sur quelque chose tout à la fois ancien et vivant »

– Jury de Light Moves

 

Deuxième Place, Prix d’Encouragement

CINEDANS, Amsterdam, mars 2018

 

« Les œuvres auxquelles nous avons remis les premier et deuxième prix témoignent toutes deux d’une grande intégrité et d’un dévouement. Les films récompensés se démarquent par leur maîtrise cinématographique et chorégraphique. Ils présentent des prestations qui dépassent la théâtralité, communiquant puissamment avec le public. »

– Jury de Cinedans 2018

 

Prix du Public - Dances with Camera

Mention Honorable: Jury, Dances with Camera

SHORT WAVES FESTIVAL, Poznan, Pologne, mars 2018

 

Présélectionné: Prix ​​des arts de la scène et du divertissement

YORKTON FILM FESTIVAL, Yorkton, Saskatchewan, mai 2018

 

Présélectionné: Meilleur Court-métrage, Meilleur Réalisateur d’un Court-métrage

MADRID ASIA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Madrid, juillet 2018

 

Mention Spéciale du Festival

KOLKATA SHORTS INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Kolkata, Inde, juillet 2018

 

Historique de dépistage

 

LIGHT MOVES Festival of Screendance, Limerick, Irelande – novembre 2017

LUGANO IN SCENA, LAC Lugano Art and Culture, Suisse – novembre 2017

FIVER International Dance Screen Festival, Barcelone – janvier 2018

ATHENS VIDEO DANCE PROJECT, Athens – janvier 2018

CHAMBAL INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Rajasthan, Inde – February 2018

CINEDANS, Amsterdam – mars 2018

SHORT WAVES FESTIVAL, Poznan, Pologne – mars 2018

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR L’ART, Montréal – mars 2018

LOIKKA, Helsinki, Finlande – avril 2018

SCREENDANCE FESTIVAL, Stockholm, Suède – avril 2018

FESTIVAL DE CINE Y ARTE DIGITAL TLANCHANA, Metepec, Mexique – avril 2018

SARAH LAWRENCE COLLEGE DANCEFILM FESTIVAL, Bronxville, New York – avril 2018

FESTIVAL INTERNACIONAL DE VIDEODANZA, Havana, Cuba – avril 2018

INTERNATIONAL FILM FESTIVAL OF SOUTH ASIA, Toronto – mai 2018

YORKTON FILM FESTIVAL, Yorkton – mai 2018

INTERNATIONAL FILM FESTIVAL OF SOUTH ASIA, Toronto – mai 2018

CINEMA & ARTI. BRERA, Milan, Italie – mai 2018

FESTIVAL MONTPELLIER, Montpellier, France – juin 2018

INDIA FILM FEST OF SALENTO, Salento, Italie – juin 2018

TANZ IST, Dornbirn, Autriche – juin 2018

DANCE ON CAMERA FESTIVAL, New York City – juillet 2018

MADRID ASIA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Madrid – juillet 2018

KOLKATA SHORTS INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Kolkata, Inde – juillet 2018

HONG KONG INTERNATIONAL ART FILM FESTIVAL, Hong Kong, Chine – juillet 2018

FESTIVAL QUARTIER DANSE, Montréal – septembre 2018

FESTIVAL INTERNACIONAL VIDEODANZA ALMAGRO, Almagro, Espagne – septembre 2018

MEXICO CITY VIDEODANCE FESTIVAL, Mexico City, Mexique  – septembre 2018

POOL FEST, Berlin, Allemagne – septembre 2018

40 NORTH, San Diego, Californie – septembre 2018

REELING: DANCE ON SCREEN, Edmonton, Alberta – septembre 2018

INDIAN CINE, Mumbai – septembre 2018 

OUTLET DANCE PROJECT, Vancouver – octobre 2018

SAN FRANCISCO DANCE FILM FEST, San Francisco, Californie – octobre 2018

CHOREOSCOPE, Barcelone – octobre 2018

VANCOUVER INTERNATIONAL SOUTH ASIAN FILM FESTIVAL, Vancouver – novembre 2018

INSHADOW FESTIVAL, Lisbon, Portugal – novembre 2018

NEW GENERATIONS INDEPENDENT INDIAN FILM FESTIVAL, Frankfurt, Allemagne – novembre 2018

 

Partenaires

Bhairava a été réalisé grâce au soutien généreux du Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Kishkinda Trust/Shama Pawar (Anegundi), et Danse Danse (Montréal).

Crédit photo: Kes Tagney

“1001 Lights” est à l’affiche au musée d’art contemporain “Ming” Et fait partie de la projection “On Site Impromptus”

Nous sommes heureux d’annoncer la première apparition de notre film « 1001 Lights » dans un communiqué de presse depuis que celui-ci a été mis à la disposition du public. Ce film fait présentement partie de la projection « On Site Impromptus. » Il présente différents concepts de danse et de variations de mouvements selon le contexte de l’art performé.

« 1001 Lights » est un assemblage de vidéos projetées pour mettre en valeur les qualités les plus caractéristiques qui existent dans les cérémonies traditionnelles d’allumage de chandelles du Sabbath qu’on retrouve dans la pratique du judaïsme.

Cent participants faisant partie de la communauté juive de Montréal ont participé au tournage de notre film en partageant leur savoir. Ensemble, ils ont réussi à faire connaître les forces culturelles et spirituelles des cérémonies juives. L’installation choisie évoque, au près des auditeurs, une technique d’exécution fluide et impressionnante qui exprime l’expérience vécue et partagée par les participants lors du tournage.

_MG_3579

___________________________________________________________________

« On Site Impromptus : Dance and Moving Images in Daily Space »

À l’affiche le 17 juin au 20 août 2017.

À propos de la projection Cette projection a été organisée par : Tsai Yun-Ting, chercheur spécialisé en film de danse, Gabriele Brandsette, chorégraphe et professeur de littérature allemande, enseignant présentement à l’école de danse « Freie Universität Berlin. » On pouvait aussi compter parmi le comité organisateur, Sarah Möller, organisatrice et juge du Tranz festival des films « POOL », comme consultante académique (avec Dr. Wong Jiquing qui aidait à la traduction des textes et à la communication académique) pour 31 artistes venant de 18 pays différents.

« La projection « On Site Impromptus : Dance Moving Images in Daily Space » présente une sélection de films de danses contemporaines et internationales qui reflètent des aspects variés de cet art, mais aussi les liens possibles entre la danse et la cinématographie. »

« Dans cette exhibition, les œuvres d’art exploitent plusieurs approches « film-chorégraphiques » différentes : des corps multipliés de façon numérique, des décompositions corporelles, des arrangements kaléidoscopiques des parties du corps – les spectateurs sont exposés à des chorégraphies où le corps cinématique défie ou même surpasse les limites physiques, par exemple la gravité. Le public fera aussi face à des danses cinématographiques reflétant : l’opposition entre la tradition et le temps présent, la vie et la mort, tout en incluant l’aspect poétique de cette œuvre par le langage corporel et les images animées, tous deux, exprimés en dialogues engagés. Finalement, quelques-unes des pellicules dirigent les spectateurs vers des milieux urbains, où les danseurs s’approprient des mouvements ordinaires pour briser les barrières présentes dans la société. » – Sarah Mollër

« On peut voir à travers la caméra, l’image animée du film et l’aspect esthétique de celui-ci en montrant des chorégraphies et des danseurs en public. Parfois on peut même voir des espaces spécifiques de mises-en-scène menant à des sites précis d’improvisation. Les danseurs dansent pour la caméra, pour le « post-production » et rédaction. La performance re-chorégraphié donne des résultats incroyables et uniques. »

1001 Lights, detail, MCAM, Shanghai

« Les mouvements et gestes chargés en émotions peuvent-ils être considérés comme une forme de danse? Le corps humain a été intentionnellement créé par des impulsions, des luttes entre l’amour et le désir, mais toujours sous le regard de la destinée, là où la mort nous attend. Le corps est un aveu de statut, mais aussi l’environnement de la vie d’un individu présentant des images inexplicables. Ceci donne des gens ayant la capacité de : réfléchir à propos des connexions interpersonnelles et intrapersonnelles, avoir envie d’attention et avoir une expérience viscéral d’exister puis de vivre dans le moment présent. Certaines peurs pourront peut-être être perçues, par exemple, celle d’être un individu. C’est à ces moments que l’on cherche la possibilité d’être invisible. Si une personne est complétement inconsciente des sentiments associés à la possibilité d’être vu, va-t-elle avoir la possibilité de se voir elle-même? Si une personne perd la totalité de sa vision, comment va-t-elle voir, ou même imaginer la danse? »

«La convergence de la danse dans l’univers des arts numériques transforme le temps et l’espace, purifie l’environnement général de la vie et enfin, réorganise notre vie quotidienne.»

“Inquiry” – sélectionné pour être visionné durant cette saison du festival “Danse: Fait au Canada”!

“Inquiry” a été sélectionné pour être visionné durant cette saison du festival “Dance: Made in Canada/Danse: Fait au Canada”, qui aura lieu à Toronto en août.

RACHEL 7                   mariko-blindfold

Réalisé par Philip Szporer, chorégraphié par Mariko Tanabe et édité par Marlene Millar, ce film met en vedette Mariko Tanabe et Rachel Harris qui explorent ensemble la question de la perception visuel et l’engagement du spectateur.

Mettant en évidence la transcendance, la transformation du mouvement et l’émotion, ce film permet au spectateur d’entrer dans un monde où ils pourront apprécier la subtilité des mouvements qui autrement pourraient être ignorés. En effet, “Inquiry” explore les mouvements fluides et lents des deux danseuses, chacune projetée sur son propre panneau écran. Ceci encourage le spectateur à questionner leur relation avec les écrans, en tant que plan ou l’action se déroule. De plus, en visant à élucider la position du spectateur par rapport aux images projetées, ce film reconnaît que le mouvement ainsi que les images mouvantes projetée font partie intégrale de la composition.

CRU – en ligne sur La Fabrique culturelle (Télé-Québec)

 

Rencontrez les visages de CRU et la danse urbaine à Montréal ici

LadyC_3570

Une série numérique, réalisée par Marlene Millar et Philip Szporer, et produite par Mouvement Perpétuel, mettant en lumière la culture florissante de la danse urbaine à Montréal et des artistes au cœur de ce mouvement. CRU est animé par l’exubérant, le curieux « popper » et acteur émergent Étienne « ATN » Lou. Les rencontres avec les artistes choisis (Lady C, SoulStep, Monstapop) sont pleines d’humour, d’information et d’authenticité, dans une ambiance détendue.

Caroline “Lady C” Fraser originaire de l’Alberta est venue danser à Montréal pendant quelques années avant de s’installer à Toronto.   Elle est reconnue comme étant une spécialiste en danses de rue notamment en popping, locking et en danse house.  Elle est reconnue pour sa versatilité, son authenticité et sa determination. En 2015, elle reçoit le prix Dora Mavor Moore pour la meilleure interprétation feminine en danse lors du festival urbain TUDS présenté par Gadfly à Toronto. C’est la première fois qu’un danseur de rue est nominé et gagne dans cette catégorie de prix.

Handy “MonstaPop” Yacinthe est reconnu comme l’une des principales forces dans la construction de la communauté popping montréalaise courante. Chorégraphe novateur, organisateur d’évenement, enseignant mais surtout un danseur engagé. Né à Montréal de parents haïtiens, il a voyagé partout au Canada, en Europe et en Asie, pour participer à des compétitions, enseigner, juger et pour échanger avec d’autres spécialistes.

Mathieu “SoulStep” Ulrich est un vétéran de la scène de break montréalaise et pratique le B-boying depuis maintenant 15 ans.  Il s’est bâti une solide réputation comme défenseur du style pur et original du B-boying et représente l’essence même d’un bboy.  Soul Step est un vrai adepte de la culture hip-hop et est enraciné dans la communauté.  Son approche face à la danse est traditionnelle avec une touche de modernité. Que ce soit en compétitions, en spectacles ou lors de performances, Soul Step laisse toujours sa marque.

Étienne “ATN” Lou est animateur de CRU. Un membre créatif et dynamique de la scène éclatante de Popping montréalaise, sa passion pour la danse lui permet d’entrer dans le monde des “battles”, remportant la compétition Bust-A-Move en 2014. Il est présentement étudiant en interprétation à l’Ecole Nationale de Théâtre du Canada, avec comme but d’affiner ses qualités d’interprète et d’artiste en général.